Follow Me !
Facebook Twitter Linkedin Instagram Snapchat

LE PRINCE DE GALLES

Pour ceux qui ne connaissent pas la défense, c’est le plus grand quartier des affaires de Paris et qui dit quartier des affaires dit forcement hommes en costumes.

Mais tout d’abord laissez moi vous dire que le shoot n’a pas été de tout repos !
Il est rare de voir la défense vide avec le flux d’hommes d’affaires et la fréquentations de nombreux centres commerciaux.
Le quartier compte 2 500 entreprises, environ 180 000 salariés et 20 000 habitants répartis dans 71 tours.

Une vraie ruche !

On à dut s’y rendre à 2h du matin afin d’avoir les photos que l’on souhaité.
Finalement le shoot c’est terminer vers 3h du matin et les images parlent d’elles même

Pour en revenir à l’esprit des photos, pourquoi ne pas donné un contraste street à ce costume Prince Galle ?

Voila nous y somme ! le Coeur du sujet ! LE PRINCE DE GALLES
Il y a tellement de choses à raconté sur ce motif que je vais vous en parler dans les plus grandes lignes.

La seule chose à savoir sur le Prince de Galles c’est qu’il est d’une grande simplicité. Ce motif ancestral qui nous vient des campagnes du nord de l’Europe fait partie désormais de la garde-robe des gentlemen et des hommes d’affaires cherchant à donner à la ville un gage d’authenticité. (Attention, il se porte exclusivement avec des vêtements unis. Autrement, il donne le tournis, trop de motifs)

Rural de par ses origines, toujours anglaises, il a été adopté à la ville aussi bien en Europe qu’aux États Unis.
Les origines de ce motif remontent au début du XIXe siècle. Avant cette époque, les tartans écossais n’étaient pas encore associés strictement à des clans, mais variaient plutôt selon les régions d’origine ou simplement selon les goûts individuels. Au tout début du XIXe siècle, les drapiers écossais comprirent l’excellent potentiel commercial de ce type de tissage, et commencèrent à concevoir des motifs exclusifs qu’ils vendaient aux clans, régiments, grandes compagnies commerciales et même aux plantations de thé des Indes !

A l’occasion de la visite du roi George IV en 1822, il fut demandé aux chefs de clan de porter les couleurs de leur clan lors de leur audience. Ces derniers durent alors choisir le motif qui leur resta associé par la suite. Et la mode du tartan fut lancée hors d’Ecosse lorsque le roi décida d’arborer un kilt lui aussi. A partir de cette date, les tartans devinrent donc des motifs déposés, dont l’usage fut réservé aux membres du clan concerné.

 

Tartan du Clan Urquhart

J’en arrive maintenant au Prince de Galles. L’homme, pas le motif, pas encore. Alors qu’il attendait patiemment son tour sur le trône, le futur Edouard VII, grand élégant devant l’éternel même s’il ne fermait pas ses gilets complètement, était aussi un grand chasseur.

Il aimait notamment à fréquenter le domaine de Mar, où il adopta un motif dérivé du Glen Urqhart, qui porte aujourd’hui logiquement le nom de Mar. La nouveauté de ce motif est de séparer les bandes de 4&4 et de 2&2 par une fine lisière bleue, créant ainsi un double carreau fenêtre en superposition. Ce motif plaisait au Prince de Galles car il véhiculait les valeurs sportives de l’Ecosse qu’il affectionnait.

 

 

 

Ce motif fut perfectionné par la suite, et pris le nom de Carreau Prince de Galles (Prince of Wales check).

 

 

Prince de Galles Originel

Ce motif devint très à la mode à partir du couronnement d’Edouard VII, et connut de très nombreuses variantes dans les années 1930.
La variante restée la plus courante de nos jours est de partir d’un glen urquhart check, et de rajouter un carreau fenêtre contrastant au milieu de la bande en deux et deux, éventuellement de couleur différente en chaîne et trame.

 

Photographes :

  • Yasmina Abbar (partie Louvre)
  • Monsieur Key (partie La Defense)